Ce que la facilitation apporte à la médiation ?

Emotion Facilitation et médiation

La médiation consiste à créer les conditions pour renouer un dialogue entre les parties en conflit afin de parvenir à faire émerger des solutions, là ou chacun s’accordait à dire qu’il n’y en avait plus. Elle évite l’escalade verbale et permet l’apaisement.

Quelque soit le conflit, le processus qui y mène est le même. Il comprend une série d’actes ou d’actions non comprises ayant entraînées de part et d’autre des ressentis négatifs et des projections, qui finissent par enfermer chacun des protagonistes, dans une représentation figée de leurs interlocuteurs.

Le travail en médiation ne consiste pas à “imposer” des conseils, voir des solutions venant de l’extérieur, ce qui ne servirait strictement à rien.  Il permet d’impulser une logique d’apprentissage. C’est en cela, que la facilitation appliquée à la médiation est d’un grand secours : elle permet quelque soit le contexte de ré-apprendre à faire ensemble, à co-créer et offre ainsi l’occasion de sortir des représentations enfermantes.

Par un schéma progressif d’intervention, le Médiateur-Facilitateur fait émerger les représentations de chacunes des parties du système.  Derrière elles, il met en exergue leurs vrais besoins (recours à la Communication Non Violente). Une fois débarassé du “magma” émotionnel, qui prenait tout l’espace, il est plus facile en s’appuyant sur différents outils comme la “prescription paradoxale”, chère à la systémie ou sur d’autres outils propres à la “démarche appréciative” de faire émerger des solutions communes.

Pour  intervenir efficacement le Médiateur-facilitateur  rencontre en amont  le commanditaire  ainsi qu’un panel de parties prenantes impactées par les tensions ou le conflit. Ce travail de cadrage lui permet de conduire un processus collaboratif qui débouche sur des plans d’actions co-construits et validés par les participants.

Hervé Louf

Il n'est pas possible de poster un commentaire sur cette page